BloGoyavi, le blog des acteurs du bien-être

Dynamisation, l’embarras du choix

Publié le
  • Dynamisation, l’embarras du choix

Même si quelques voix diffèrent, la majorité des spécialistes de l’eau considèrent qu’il faut d’abord filtrer l’eau avant de la dynamiser. Car dynamiser une eau polluée reviendrait à dynamiser ses polluants. Cela donnerait, d’une certaine façon, plus de caractères nocifs à ces substances indésirables, et ce n’est pas vraiment le but recherché ! C’est pourquoi nous abordons la dynamisation après avoir vu la filtration.

On parle aussi de structuration de l’eau, car son caractère vibrant, dynamique est également lié à une certaine organisation des molécules d’eau qui s’agglutinent entre elles de différentes manières, selon différentes structures. La dynamisation confère à l’eau des qualités de biocompatibilité. L’organisme dépense moins d’énergie pour l’intégrer et peut même bénéficier de l’information positive véhiculée par ce type d’eau. Dans ce domaine on trouve un grand nombre de procédés avec des allégations plus ou moins fortes et souvent assez difficiles à vérifier, sauf à utiliser des tests de cristallisation sensible ou un pendule de radiesthésiste.
Nous vous présentons ici les grands principes de dynamisation, par ordre de prix croissant et sans être exhaustif. 

Les ondes de forme

La notion « d’ondes de forme » fut crée au début du XXe siècle par les physiciens Léon Chaumery et André de Belizal. Elle part du principe que certaines formes, en volume ou représentées à plat (dessinées) émettent des ondes vibratoires. Ces ondes sont certes invisibles, mais ont un impact sur les êtres vivants, notamment.
Dans les dispositifs de cette famille on trouve des récipients ayant une forme particulière ou bien des dessins géométriques spécifiques dessinés ou gravés sur un dessous de bouteille ou directement sur une carafe. Ce sont les ondes dues aux formes et aux dessins qui dans ce cas agissent et dynamisent l’eau. L’efficacité de ces dispositifs dépend de chaque produit en fonction de sa forme et de sa nature.

Les musiques dynamisantes

Dans un autre registre, vous trouverez des musiques aux fréquences particulières qui ont pour but de dynamiser l’eau à l’intérieur des êtres vivants soumis à ces mélodies. On peut aussi mettre une carafe d’eau près de la source de musique pour la dynamiser.

Les liquides ajoutés

Il ne s’agit ni d’objet ni d’appareil. Ce sont des additifs ou émulsions liquides que l’on ajoute à l’eau pour la structurer ou lui donner des caractéristiques plus intéressantes (une eau plus « mouillante », par exemple).

Les terres rares

Cette famille de produits présente des objets réalisés à partir de terres particulières compactées et ajoutées à un liant pour faire des dessous de bouteilles ou des carafes dynamisantes. Il peut s’agir de sédiments marins, de poudres de roches, de terres issues de lieux particuliers, de mélanges incluant des coquillages, ou d’autres éléments. On appelle matériaux informés, des matières contenant un de ces composés dynamisants ou bien une matière qui a été suffisamment longtemps au contact d’un de ces composés pour qu’elle ait à son tour absorbé cette information favorable au vivant. L’efficacité dépend vraiment de la qualité du composé dynamisant de base et dans l’ensemble.

Le vortex

Comme le principe du tourbillon dans la nature est le plus facile à observer, on trouve logiquement une famille de produits qui vont «vortexer» l’eau, c’est-à-dire la mettre en mouvement pour créer ce tourbillon. Cela va de la double carafe à faire tourner soi-même en passant par des systèmes à hélice pour générer le vortex. Sans oublier les systèmes qui se raccordent aux conduites d’eau et qui contiennent des formes hélicoïdales (hélices) pour créer dans le réseau un mouvement tourbillonnaire du flux. Ce procédé est l’un des plus admis et dont l’efficacité est quasiment assurée.

Les courants de haute fréquence

Cette famille de procédés consiste à capter ou à reproduire les hyperfréquences (ondes de fréquence très élevée) qui viennent du cosmos pour les infuser dans l’eau. Le procédé le plus connu est celui de Marcel Violet, du nom de l’inventeur. Il avait remarqué que l’eau d’orage avait des propriétés étonnantes et que les animaux la préféraient à une eau pure du robinet. Il a donc inventé un générateur d’hyper fréquences utilisé dans divers produits. Dans un style un peu différent, notons qu’il existe aussi des appareils générant des flashes lumineux visant à obtenir le même effet. Dans l’ensemble les systèmes utilisant ces techniques peuvent être assez chers mais le procédé Marcel Violet a fait ses preuves et est considéré par les spécialistes comme l’un des plus efficaces.

Notons que certains produits de dynamisation combinent différents procédés pour augmenter l’action de la dynamisation.

Les systèmes complets : filtration + dynamisation

On appelle aussi ces produits des fontaines dynamisantes. Ce sont des systèmes compacts qui proposent un procédé de filtration et un ou plusieurs procédés de dynamisation. On les trouve souvent sous forme de distributeurs d’eau (fontaines) directement prêts à l’emploi. Ce sont bien sûr les produits les plus chers dans ce domaine.

 

Rédaction :   Christophe Guyon.

 1. L’eau, étonnante et vivante
2. Quelle eau pour notre corps ?
3. Comment filtrer son eau de boisson ?
4. Dynamisation, l’embarras du choix

 

Voir la sélection Goyavi d'activateurs d'eau



je fais découvrir ce produit à mes amis

Les commentairesVous devez être connecté pour ajouté un commentaire