BloGoyavi, le blog des acteurs du bien-être

Rolande Kodsi-Maio, formatrice et coach en développement personnel.

Publié le
  • Rolande Kodsi-Maio, formatrice et coach en développement personnel.

Après 20 ans dans les médias comme journaliste radio, Rolande Kodsi-Maio a choisi de changer de vie pour s’orienter vers la formation et le coaching en développement personnel. Elle anime désormais des ateliers sur l’Estime de soi, l’Intelligence relationnelle, l’intelligence émotionnelle, la gestion du stress et le management, notamment à travers la méthode de l’Elément Humain® de Will Schutz dont elle est formatrice certifiée.
 
 
A quoi ressemblait votre vie avant votre changement d'orientation ?
J'étais comme la majorité des femmes : à la fois salariée avec un job très prenant, maman de deux enfants et épouse. Pendant vingt ans, je me suis consacrée au métier de journaliste radio, un rêve de petite fille. C'était une vie à 100km/h avec beaucoup de stress, qu’il soit positif ou négatif. Je me sentais vivante car ce métier me permettait d'être au cœur de l'actualité, toujours au contact de plein de gens passionnants. J'adorais cette vie telle qu'elle était et ne me posais pas de questions, même quand les choses allaient mal.
 
Et maintenant ?
Ma vie d'aujourd'hui est beaucoup plus sereine, plus nourrissante en profondeur. Je suis maître de mon emploi du temps même si je travaille beaucoup, mais surtout je travaille dans l’Humain et c’est fondamental pour moi. De plus, en devenant formatrice et coach en développement personnel, j'ai appris à me remettre en question, prendre du recul sur mon environnement et les problèmes quotidiens. Avant, quand ça n’allait pas comme je le voulais, j'avais tendance à reporter la responsabilité sur les autres, jamais sur moi. Aujourd’hui j’ai la sensation d’avoir repris ma vie en mains.

Ce changement de vie m'a ouvert les yeux sur la notion du ''soi'', mes besoins, ce qui me nourrit au quotidien ; il m’a fait passer du paraître à l’être.  Malgré tout, je reste en contact permanent avec les gens, cet aspect de ma vie a toujours été très présent même quand j'ai quitté le journalisme. Aujourd’hui, voir les personnes que j’accompagne évoluer,  changer, aller mieux dans leur vie professionnelle et personnelle, m'apporte une grande satisfaction, bien plus que celle que je connaissais avec mon ancien métier.
 
Quel a été le déclic ?
Ce fut, dans un premier temps, un déclic interne.
À 42 ans, j'avais « tout » pour être heureuse : mariée, maman de deux beaux enfants, un job passionnant et prenant, une belle maison... Extérieurement, tout ce que j'avais espéré avait été concrétisé. Seulement, à ce moment-là de ma vie, je me posais plein de questions. Un sentiment de malaise m'envahissait au quotidien, je me sentais mal dans mes baskets.

J’ai eu la chance de faire un stage de développement personnel dont le thème était « la réconciliation avec soi-même », j'ai  rencontré des personnes formidables qui m'ont accompagnée pour évoluer intérieurement. Cela a été déterminant dans mon changement de métier.
Un jour, parce que le poste de chef d’information que j’occupais à l’époque a été supprimé, j'ai quitté le journalisme opérationnel et  commencé à enseigner en école de journalistes puis j’ai fait de la formation et du coaching en entreprise et j’ai créé ma propre entreprise, RKM Formation-Coaching.
 
Qu'avez-vous appris de ce changement ? Que recommanderiez-vous à quelqu'un souhaitant changer de vie ?
Il faut toujours écouter sa petite voix interne. J’aime bien cette question de Guy Corneau, psychanalyste : « Qu’est-ce que je reconnais en moi-même pour moi-même qui me donne le goût de vivre ? » Autrement dit, il faut avoir le courage de se demander  ''qu'est-ce que je veux vraiment ? Qu'est-ce qui me nourrit intérieurement ?''. Dans mon cas, les notions de plaisir dans le travail, d'utilité dans la société, la reconnaissance de sa valeur personnelle et professionnelle font parties intégrantes de ce questionnement.
 
Quels sont les trois produits bien-être que vous emporteriez partout avec vous ?
Je dirai le fabuleux livre ''L'âme du monde'' de Frédéric Lenoir. Quelques bons morceaux de chocolat noir intense feront également mon plaisir. Pour finir, je pense à quelque chose qui sent bon, qui me rappelle mon enfance en Egypte avec des senteurs orientales de menthe, curcuma, et cumin, comme sur les marchés égyptiens.

 

Pour en savoir plus : www.rkm.fr

je fais découvrir ce produit à mes amis

Les commentairesVous devez être connecté pour ajouté un commentaire